Hausse des tarifs sur l’enlèvement des déchets

Les élu.e.s Osons l’Avenir déplorent la nouvelle politique de gestion des déchets

Le soir du 6 décembre à Campbon s’est déroulé le Conseil Communautaire qui a notamment statué sur les nouveaux tarifs des ordures ménagères et ceci sans réel débat. Une nouvelle fois la tarification change, montrant à demi-mots, l’échec de la réforme des levées de l’année dernière.

Pour rappel, cette précédente organisation avec une levée des bacs tous les 15 jours et la mise à disposition de conteneurs publics en cas de besoin de levées supplémentaires était selon l’intercommunalité, l’équation miracle : moins de voyages, moins de déchets non recyclables, plus de déchets valorisés. Cela devait faire baisser, pour les citoyens/citoyennes, la facture de gestion des déchets.

En parallèle, un nouveau système de badge était mis en place pour limiter les apports des professionnels et interdire aux professionnels des autres interco, le coût des services aux professionnels venant de toute part. Pour mémoire, tous les services aux entreprises étaient auparavant gratuits en déchetteries !

Après avoir voté contre, la représentante écologiste à la Communauté de Communes Estuaire et Sillon dénonce encore une fois le résultat d’un fonctionnement hors sol de la CCES. Bien qu’il existe une commission dédiée aux questions environnementales dans chaque commune, ce sont quelques élus majoritaires de l’intercommunalité qui décident en bureau et sans concertation. Dès lors, il ne faut pas s’étonner que des décisions soient prises loin des préoccupations et de la réalité quotidienne de la population.

Force est de constater que cette modification des tarifs d’enlèvement des poubelles est hors normes ! Entre 25 et 90 % d’augmentation.

La nouvelle tarification prévoit :

  • Une très forte augmentation des redevances en fonction de la taille des poubelles.
  • L’application de 6 levées obligatoires dans le montant de l’abonnement.
  • La facturation de bacs jaune pour les particuliers volontaires
  • Des tarifs ajustables dans le temps.

Qu’en est-il des familles qui fournissent des efforts pour réduire significativement leurs déchets et qui sortent leurs poubelles moins de 6 fois par an ?

Cette politique de gestion pourrait avoir pour conséquence un désintérêt pour le tri et de gonfler les volumes de déchets à brûler dans l’usine Arc en ciel de Couëron.

De plus, la politique du tout plastique « recyclable » n’est qu’un leurre et surtout, n’incite plus les consommateurs à acheter sans emballage ! L’instauration des bacs jaunes pour les particuliers est bien actée, mais aucune explication sur le devenir des sacs jaunes. Actuellement le sac transparent permet un minimum de contrôle, contrairement au bac jaune !

Nous, citoyens responsables, écologistes, dénonçons les augmentations de la collecte des ordures ménagères. En effet, nous prônons depuis longtemps une meilleure sensibilisation aux questions du traitement et de réduction de nos déchets.

Depuis des années, nous proposons, par exemple, de créer de véritables plates-formes de compostage au plus près de la population et de valoriser ainsi les déchets verts qui représentent 40 % des volumes de nos poubelles. Nous demandons aussi de travailler en concertation étroite avec, notamment, les commerçants et les artisans :

  • Sur le moins d’emballage.
  • Sur l’incitation à valoriser soi-même ses déchets dans son entreprise ou chez soi.
  • D’installer des composteurs publics ou associatifs près des écoles et des concentrations de logements.
  • De créer des permanences recyclerie dans toutes les déchetteries et surtout une meilleure pédagogie d’information sur comment produire moins de déchets.

Il serait également possible d’anticiper la collecte des déchets biodégradables de nos entreprises de restaurations et de nos cuisines en réfléchissant à une filière bio gaz !

L’argument proposé consiste à dire, que « trier coûte plus cher que de jeter, et que cela ira toujours en augmentant ! » Ce qui est évident si nous ne réduisons pas, en parallèle la production de déchets ! Nous rappelons ces principes de bon sens et insistons régulièrement sur les « plus tard d’aujourd’hui » de nos décideurs, qui seront les « trop tard de demain » de tous les citoyens !

La mise en place des lois prend souvent du temps, à nous d’être dans cette responsabilité politique, au sens littéral, « de faire citoyenneté », d’expliquer une sobriété choisie plutôt qu’une austérité subie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.